Trivela

Le foot portugais

Nuno Gomes, le tueur à la gueule d’ange

Avec près de 200 buts marqués en Liga, Nuno Gomes fait partie de ces joueurs qui ont marqué le football portugais par leur talent. Pourtant, ce renard des surface à la gueule d'ange est souvent oublié des livres d'histoire, et rarement reconnu à sa juste valeur. Retour sur ce joueur à part ...

Il y a 25 ans, le football portugais voyait débuter un des plus grands buteurs de ces dernières années, à mi-chemin entre le mythique et regretté Eusebio, et le non moins légendaire Cristiano Ronaldo.
En 1994, les premiers pas de ce gamin dans le football professionnel ont fait l’effet d’une bombe sur le championnat portugais.
Nuno Miguel Soares Pereira Ribeiro plus communément appelé Nuno Gomes, en hommage à la légende du FC Porto, Fernando Gomes, son idole de jeunesse. : un buteur d’exception, qui devient rapidement le cauchemar de nombreux défenseurs.

1994, des débuts prometteurs à Boavista

Né à Amarante, un district de Porto dans le nord du pays, le jeune Nuno a fait ce que n’importe quel jeune attiré par le ballon aurait fait. Il commence le football au Amarante FC à 7 ans, avant de rejoindre “As Panteras” de Boavista sept ans plus tard, à 14 ans. Dans l’un des plus vieux clubs du pays, Nuno Gomes a l’occasion de se former tranquillement, en sachant qu’il allait très vite atteindre un niveau suffisant pour jouer plus haut. A seulement 18 ans, il est lancé dans le grand bain, en première division avec Boavista.

Durant trois saisons, le jeune Nuno Gomes fait trembler les filets à de nombreuses reprises et permet au club de remporter la Coupe du Portugal en 1997. Avec son élégance naturelle et cet air juvénile qui trompe bon nombre de défenseurs, Nuno Gomes marque 31 buts dans le championnat portugais sous le maillot à damier.

https://i.pinimg.com/236x/16/f8/38/16f83815c2f009639f857fae2f143d89–boavista-fc.jpg

1997, départ pour Lisbonne

Que peut-on espérer d’un joueur si talentueux ? Comme chaque joueur confronté à l’offre et à la demande du marché des transferts : s’en aller vers un club où son talent pourra être davantage mis en avant. Grâce à ses performances probantes à Boavista, le jeune homme de 21 ans est transféré chez les « Aigles » du Benfica Lisbonne. Un rêve qui se réalise pour le natif d’Amarante, qui saisit l’opportunité de briller dans un des plus grands clubs du pays.

Durant ses trois premières saisons Nuno Gomes et son fameux numéro 21 martyrise les défenses adverses. De loin, de près, de la tête, du droit, du gauche, toutes les options sont bonnes pour marquer au nez et à la barbe des défenseurs. Nuno Gomes est une véritable pile électrique, rapide et technique, très dure à suivre pour l’adversaire.

Sur le plan collectif, Benfica ne remporte aucun trophée durant ces trois saisons. Sur le plan personnel, c’est autre chose. En effet, Nuno Gomes remporte deux fois le titre de meilleur joueur de l’année au Portugal. Une preuve de l’importance prise par le joueur au fur et à mesure des saisons.

Ces excellentes performances à Benfica le mènent en Seleçao du Portugal, avec qui il participe à l’Euro 2000. Auteur d’une superbe compétition, le mythique numéro 21 profite de l’événement pour se faire un nom, en terminant 3ème meilleur buteur de l’Euro.

Après 76 buts en 124 matchs avec Benfica et la confirmation d’un talent certain à l’Euro, Nuno Gomes est transféré à la Fiorentina en 2000 pour 17 millions d’euros.

2000, L’Italie, une recherche d’aventure

Après avoir marqué buts sur buts avec Benfica, l’heure est venue de rechercher gloire et fortune. Pour cela, il n’y a rien de mieux que d’aller dans l’un des meilleurs championnats de l’époque, la Serie A. A 24 ans, Nuno Gomes rejoint la magnifique ville de Florence et son club local, les mauves de la Fiorentina.

Au sein d’une équipe où les têtes les plus connus étaient l’international italien Francesco Toldo, l’ancien de la Juventus le milieu Angelo di Livio, le buteur Enrico Chiesa et surtout son compatriote Rui Costa, le buteur portugais passe un séjour plutôt compliqué.

Là où l’adaptation aurait pu être facile, les performances de Nuno Gomes prouvent le contraire. Dans un championnat italien difficile, physique avec des défenses solides et rudes, il est difficile de sortir du lot. Le collectif de la Fiorentina réussit tout de même à s’adjuger la Coupe d’Italie lors de sa première saison. Nuno Gomes inscrit une dizaine de buts lors de cette première saison.

La suite est moins glorieuse pour la Fiorentina qui est reléguée en deuxième division au terme de la saison 2002. Un goût quelque peu amer pour Nuno Gomes, qui vit une première expérience compliquée à l’étranger, dans un club en perdition.

2002, le retour triomphal à Benfica

Après cette expérience italienne quelque peu mitigée, le retour bercail s’avère être la meilleure option pour Nuno Gomes. Le buteur portugais est de retour à la maison, chez les « Encarnados » du Benfica, là où tout a commencé. Dans cette deuxième vie à Lisbonne, Nuno Gomes montre de nouveau l’étendu de son talent. Neuf saisons durant lesquelles l’attaquant continue de marquer et d’empiler les titres.

Avec Benfica, Nuno Gomes remporte deux championnats, une Coupe du Portugal et trois Coupes de la Ligue. Un beau pactole raflé qui constitue l’essentiel de ses trophées gagnés durant sa carrière. Une période dorée aussi bien pour le Benfica que pour Nuno Gomes, buteur compulsif.

Le chant du cygne

Après neuf saisons à Benfica où il marque à vie l’histoire du club, Nuno Gomes part pour Braga. A 34 ans, il montre de belles choses dans le Nord du Portugal, mais rien de transcendant. Si le leadership et le sens du but est toujours là, le corps ne suit plus et Nuno Gomes a du mal à enchaîner les échéances.
Un an après son arrivée, il quitte Braga pour tenter une dernière aventure, en Angleterre chez les champions 1996, les Blackburn Rovers. Là encore, pas de quoi pavoiser pour un joueur qui a malgré tout connu pratiquement 20 ans de carrière professionnel.

Au final, Nuno Gomes a eu une carrière rondement menée principalement au Portugal et chez le Benfica qui sera, avec la sélection nationale, ses deux faits d’armes. Un amour du club et du pays qui sont solidement ancrés en lui.

La sélection, le second amour de Nuno Gomes

S’il restera à tout jamais comme une légende de Benfica, Nuno Gomes a également marqué les esprits de tous les portugais, supporters de la Seleçao. En sélections jeunes et en A, le natif d’Amarante a marqué plus de cinquante buts avec le maillot portugais.

En 80 sélections étendues sur 15 ans, Nuno Gomes a traversé les générations. Le buteur a été l’homme fort du Portugal à l’Euro 2000, et a assisté à la mise sur orbite de Cristiano Ronaldo quatre ans plus tard, dans cette même compétition. Malgré une éternelle concurrence avec l’immense Pedro Miguel Pauleta, Nuno Gomes a souvent été un joueur important du Portugal dans les années 2000. Il a d’ailleurs porté le brassard à 9 reprises.

Avec 29 buts en sélection A, Nuno Gomes est à ce jour le cinquième meilleur buteur de l’histoire de la Seleçao, devant des légendes du football portugais comme Rui Costa ou Nani.

Aujourd’hui, un homme épanoui

Si depuis, l’ex-attaquant du Benfica a pris quelques rides, son implication reste encore forte dans le domaine du football. Bon pied bon œil, l’ancien attaquant réussit encore à surprendre. A 42 ans, il travaille dans le centre de formation de Benfica, mais est également consultant sur la chaîne TVI et participe également à des conférences sur la formation dans le football. Une retraite bien remplie pour Nuno Gomes, qui compte bien partager son expérience.

Une élégance et une vision des choses à son image : en douceur mais avec détermination. Nuno Gomes restera pour tous les Portugais un joueur marquant et atypique, facilement reconnaissable par sa gueule d’ange, sa coupe de cheveux soyeuse et son mythique numéro 21.

Volkan Ozkanal