Non classé

Famalicão, l’ambitieux projet du promu

De retour en Liga NOS pour la saison 2019-2020, le Futebol Clube de Famalicão n’a de promu que le statut. Sous l’impulsion d’un nouvel investisseur et de Jorge Mendes, le club du Minho nourrit de grandes ambitions

« L’Europe est un rêve ». La montée en Liga NOS n’était pas encore acquise que le propriétaire du Fama’, Idan Offer affichait déjà, en novembre dernier dans les colonnes de Record, son optimisme et ses convoitises. 25 ans après sa dernière apparition dans l’élite du football lusitanien (saison 1994-1995), Famalicão validait son ticket en terminant deuxième de Ledman LigaPro. Le club du Nord disputera ainsi, et seulement, sa septième saison en première division, non pas sans ambition.

Photo : Footugal

Un mercato XXL

Pour assouvir sa soif de succès, Famalicão s’est donné les moyens. Pas moins de 20 nouveaux joueurs ont rejoint le club, de quoi garnir l’effectif dans tous les secteurs de jeu. Seulement, la moyenne d’âge des recrues n’excède pas 21 ans. Parmi eux, l’ancien joueur de Braga, Fabio Martins (25 ans) fait office d’homme d’expérience.

Capture d’écran Transfermarkt des recrues du FC Famalicão au 7 août 2019. Dans l’ordre : Nom-Poste-Âge-Nationalité-Club précédent.

Le nombre de recrues et surtout leur faible connaissance du haut niveau peut faire peur. Ces données impliqueront inexorablement un temps d’adaptation et chaque joueur devra trouver sa place dans le puzzle famalicense. Le recrutement demeure tout de même qualitatif sur le papier pour un promu. À 22 ans, les deux anciens offensifs benfiquistes Gonçalo Rodrigues et Diogo Gonçalves arrivent pour, enfin, confirmer les espoirs placés en eux. Le défenseur argentin Nehuén Pérez (19 ans), et l’ailier Nicolás Schiappacasse (20 ans) débarquent de l’Atletico de Madrid en prêt. Présenté comme un crack, le brésilien João Neto, 16 ans, a lui aussi fait le court voyage entre Braga et Vila Nova de Famalicão. « Nous sommes extrêmement satisfaits des recrues, s’est réjoui le coach João Pedro Sousa. Nous allons avoir un effectif de grande qualité. »

L’ombre de Jorge Mendes

Pour sa première saison en tant qu’entraîneur principal, João Pedro Sousa, ancien adjoint de Marco Silva à Everton disposera de joueurs arrivant de multiples horizons. Et si l’on regarde de plus près le nom des clubs vendeurs ou prêteurs (Valence, Wolverhampton, Benfica, Atletico Madrid) on s’aperçoit qu’ils sont tous de près ou de loin, liés à Jorge Mendes.

Le Super agent portugais entretien des relations professionnelles avec Idan Offer, le propriétaire de Famalicão. Tout ceci explique donc les transferts entre les joueurs gérés par Mendes et le club de l’homme d’affaires israélien. Depuis 2018, Idan Offer, fils du plus grand collectionneur d’art d’Israël, détient 51% de la SAD du club via l’entreprise Quantum Pacific Group qui dispose aussi de 31% de parts à l’Atletico de Madrid.

Photo : RMC Sports

Le club portugais ne cache d’ailleurs pas les liens entretenus avec Jorge Mendes « il y a un lien clair avec Gestifute (la société d’agent de Jorge Mendes ndlr.), qui avait déjà fait un premier lien entre Quantum Pacific et l’Atlético de Madrid » a expliqué Miguel Ribeiro, directeur exécutif de la SAD. Dans cette même interview accordée au site web Renascença, le dirigeant arrivé de Rio Ave pour relever le défi en sa terre natale, en a profité pour expliquer le choix d’Idan Offer d’investir à Famalicão : « Il était normal d’avoir de l’attraction pour le Portugal, car la Gestifute siège à Porto. Ensuite, entre les clubs susceptibles d’être rachetés Famalicão était au sommet de la liste. C’était une SAD propre où l’investisseur n’avait pas de trou à combler. » Idan Offer était lui aussi très élogieux envers le club et le football portugais en général : « Je vois un grand potentiel ici. Le Portugal a beaucoup de talent dans le domaine du football, les meilleurs du monde viennent d’ici. »

Un développement sur et en dehors du terrain

Si Famalicão s’est montré actif sur le marché des transferts, le club n’en a pour autant pas oublié sa croissance structurelle. «Nous avons engagé un « team manager », un directeur de communication, un directeur marketing et un secrétaire technique, énumère Miguel Ribeiro. Nous avons créé un département santé avec un directeur de clinique, deux physiothérapeutes, un nutritionniste et une personne chargée de la récupération. » En plus d’un staff étoffé , le club compte aussi moderniser son stade. La mairie a entrepris un projet de rénovation du « Estádio Municipal 22 de Junho » qui devrait être finalisé en 2021. L’enceinte passerait de 5 500 à 7 000 places pour un coût total de 8 millions d’euros. De quoi ravir les supporters réputés à travers le pays pour leur fidélité au club de leur ville. « Les fans sont fantastiques, s’était réjoui Ofer. Je savais déjà qu’il y avait une base très forte, mais j’aimerais qu’il y en ait encore plus. »
L’an passé en deuxième division, Famalicão affichait une affluence moyenne de 3 200 supporters. Interrogé à ce sujet à son arrivée João Pedro Sousa déclarait : « L’exigence de nos supporters n’est pas un facteur de pression, au contraire, c’est motivant ! ».

Photo : Famalicao Canal

« On ne se fixe pas de limites. »

Motivés, l’entraîneur, ses joueurs et les dirigeants le sont. Après une préparation d’avant saison réussie en termes de résultats (4 victoires & 1 défaite), Fama’ a cependant perdu son premier match officiel au 1er tour de Coupe de la Ligue 0-2 face à Covilha (Ledman LigaPro). Malgré une élimination précoce, la confiance n’est pas entamée. « Nos ambitions n’ont pas de limites, confiait João Pedro Sousa au journal O Minho. Le club est en train de grandir. Les semaines de préparation ont été très productives. Même si nous aurions eu besoin de plus de temps, nous serons prêts pour la compétition. Après 25 ans loin de l’élite on doit avoir les pieds sur terre. Le premier grand objectif est d’obtenir le maintien et à partir de là, on ne se fixe pas de limites. »

La saison des hommes de Pedro Sousa débutera samedi lors d’un premier déplacement face à Santa Clara. Famalicão devra soigner son début de saison s’il veut remplir sa grille d’objectifs et répondre aux nombreuses attentes suscitées par la révélation de ce nouveau et ambitieux projet.

Maxime Oliveira