Liga NOS – Mehdi Taremi, l’homme fort de Rio Ave

Le 23 août dernier, il marque un triplé et obtient un penalty pour sa première titularisation en Liga NOS. Une semaine plus tard, il rend folle la défense du Sporting et obtient trois penaltys à Alvalade. En seulement un mois, l’international Iranien de 27 ans Mehdi Taremi a déjà fait parler son talent. Qui est-il vraiment ?

Trois buts, et déjà cinq penaltys obtenus en seulement trois rencontres. A 27 ans, Mehdi Taremi semble bien parti pour faire une grande saison en Liga NOS. Retour sur son parcours atypique.

Cet article a été rédigé en collaboration avec le propriétaire du compte Twitter @FootIranien, que nous tenons à remercier.

Une famille de footballeurs

Né en juillet 1992 à Bouchehr en Iran, Mehdi Taremi est le plus jeune de sa fratrie. C’est son grand frère Mohammad, actuellement footballeur en D3 Iranienne qui le pousse à jouer au football.

Mehdi commence le foot à l’âge de 10 ans, au Bargh Bouchehr. Il passe professionnel huit ans plus tard, au Shahin Bouchehr. Après un passage de deux saisons à Iranjavan, il signe en 2014 au Persépolis Téhéran, club mythique du football iranien, qui a notamment remporté le championnat national à douze reprises.

Il aurait acheté une Porsche avec l’argent d’un fan

Après deux saisons à Persépolis, il décide, à l’été 2016, de partir en Turquie, à Rizespor, malgré un accord de prolongation avec le club iranien. Trois semaines plus tard, il revient sur sa décision et retourne à Persépolis sans prévenir le club turc. Rizespor décide alors de porter plainte contre Taremi, et contre son club, le Persépolis. La légende raconte qu’Hossein Hedayati, richissime supporter de Persépolis, aurait donné l’équivalent de 300 000 euros à Taremi afin qu’il les donne au Rizespor, dans le but d’étouffer l’affaire. L’international iranien aurait préféré garder cet argent pour s’acheter une magnifique Porsche. Sans pression.

Suspendu quatre mois par la Ligue Iranienne

Ainsi, Mehdi Taremi est suspendu quatre mois par la Ligue de football Iranienne et son club se retrouve interdit de recrutement pendant près d’une saison. Ces quatre mois de suspension n’ont visiblement pas perturbé le buteur iranien. Cette saison-là, il termine meilleur joueur, meilleur attaquant et meilleur buteur du championnat. Il a d’ailleurs remis son prix de meilleur joueur au mausolée de l’imam Reza, lieu sacré en Iran.

Particulièrement apprécié au Persépolis

Malgré ces quelques frasques, Mehdi Taremi a marqué l’histoire du championnat iranien et du Persépolis Téhéran. Meilleur buteur de l’histoire du club en championnat avec 55 buts marqués, Taremi a la particularité d’avoir souvent été décisif dans le derby, contre l’Esteghlal Téhéran. A Téhéran, il se dit qu’une victoire dans le derby est au moins aussi importante qu’un titre de champion, aux yeux des supporters.

Une saison correcte au Qatar

Après deux titres consécutifs de meilleur joueur du championnat iranien, Mehdi Taremi quitte Persépolis en 2018 pour signer au Qatar, à Al-Gharafa. Lors de sa première et unique saison à Doha, il réalise une saison correcte durant laquelle il inscrit huit buts en championnat et termine huitième du classement avec son club.

L’arrivée à Rio Ave, au Portugal

A 27 ans, il désire découvrir l’Europe et quitte le Qatar pour rejoindre Rio Ave. Et Taremi ne met pas longtemps à se faire un nom en Liga NOS. Dès sa première entrée en jeu, l’Iranien obtient un pénalty, quelques minutes seulement après avoir fait ses premiers pas sous le maillot vert et blanc du club de Vila do Conde. La semaine suivante, pour sa première titularisation, il inscrit un joli triplé contre Aves.

Satisfait de l’excellent début de saison de sa nouvelle recrue, l’entraîneur du Rio Ave, Carlos Carvalhal, est récemment revenu sur l’arrivée de Taremi à Vila do Conde : “Il est ici un peu par accident. Ce n’était pas un joueur qu’on était en mesure d’acheter.

En effet, l’Iranien appartenait la saison dernière au club qatari d’Al-Gharafa, propriété du milliardaire Hamad bin Thamer Al Thani. Selon l’entraîneur de Rio Ave, Taremi a fait d’énormes sacrifices financiers pour jouer en Liga NOS : “Avec André Vilas Boas (directeur sportif de Rio Ave), on a fait preuve de pers