Taça da Liga : Porto accuse le Sporting de « crime public » et menace de déclarer forfait

A quelques heures du match entre le Sporting et Porto, une polémique a éclaté au sujet de deux joueurs lisboètes, testés positifs à la Covid-19 il y a cinq jours, mais pourtant déclarés aptes à participer à la rencontre.

C’est une situation inédite. A quelques heures d’un choc prévu ce mardi soir dans le cadre des demi-finales de la Taça da Liga, la tension est déjà à son maximum entre le Sporting et Porto. Et pour cause, le champion en titre du Portugal accuse son prochain adversaire de ne pas respecter le protocole lié à la crise sanitaire et, ainsi, de mettre en péril la santé des différents acteurs qui doivent se défier ce mardi soir.

Recontextualisons. Il y a cinq jours, le Sporting a communiqué le fait que trois de ses joueurs, parmi lesquels figurent l’attaquant Andraz Sporar et le latéral gauche Nuno Mendes, avaient été diagnostiqués positifs à la Covid-19, et donc, étaient logiquement indisponibles pour la demi-finale de la Taça da Liga. Or, à peine quatre jours plus tard, le club lisboète a signalé que les deux joueurs étaient finalement de « faux-positifs », et étaient d’ores et déjà aptes à participer à l’événement.

Porto monte au créneau

Une annonce à laquelle le FC Porto a rapidement répondu, ce lundi soir, à travers un communiqué. « Le même jour où le gouvernement a annoncé un renforcement des mesures sanitaires pour combattre la pandémie de Covid-19, le Sporting a, quant à lui, annoncé son intention de commettre une attaque envers la santé publique, ont dénoncé les Dragões. Il y a quatre jours, les joueurs Nuno Mendes et Sporar ont été testés positifs à la Covid-19 après avoir passé des tests PCR qui, selon les scientifiques, ont une fiabilité proche de 100%. Mais ce lundi, le Sporting a indiqué que les deux athlètes joueront contre le FC Porto demain, ce qui veut dire qu’ils n’auront pas respecté les dix jours d’isolement requis par le protocole. »

Un acte impensable pour le FC Porto, qui a même qualifié celui-ci de « crime public » dans son communiqué. « C’est inacceptable de voir cela au moment où le Portugal est le pays le plus touché en termes de cas positifs par million d’habitants », ont ajouté les champions nationaux.

Face à cette situation, le FC Porto, qui a alerté l’ensemble des autorités compétentes, a menacé de ne pas participer au match de Taça da Liga, afin de protéger l’ensemble des acteurs.

Le Sporting contre-attaque

Quelques heures plus tard, c’est le Sporting qui a répondu à l’attaque rendue publique par son grand rival et prochain adversaire.

Le club lisboète a expliqué : « Sporar et Nuno Mendes ont passé des tests PCR mercredi, dont les résultats positifs sont revenus jeudi 14. Mais le Sporting a estimé que ces tests pouvaient être de « faux positifs ». Pour cette raison, les joueurs ont passé deux nouveaux tests dans des laboratoires référencés, vendredi (15) et samedi (16). Les résultats de ces deux tests ont été négatifs, confirmant bien l’hypothèse de « faux positifs ». Si l’erreur supposée reste, pour le moment, à identifier, le Sporting a noté l’éventualité d’une « contamination de l’échantillon » dans la collecte ou dans son traitement. L’actuel leader du championnat a également assuré « qu’aucun des joueurs en question ne figure actuellement sur la plateforme officielle d’identification des cas positifs » et que « le laboratoire UNILABS qui a testé les deux joueurs avait reconnu son erreur. »

« Il n’y a pas d’erreur »

Cependant, un nouvel élément pourrait aller à l’encontre des arguments affichés par les Leões. Antonio Maia Gonçalves, directeur de la clinique UNILABS qui a effectué les premiers tests, nie le fait d’avoir commis une quelconque erreur. « Je sais qu’ils étaient positifs, et ensuite, ils sont allés faire d’autres tests dans d’autres laboratoires. Il n’y a pas d’hypothèse d’erreur de notre part, parce qu’il n’y a pas d’erreur, assure le directeur. J’ai signé les tests comme étant positifs. Tout ce qu’il s’est passé par la suite, je n’en ai aucune idée. Nous n’avons pas été contactés », a-t-il lancé dans les colonnes d’O Jogo.

« Lorsqu’un laboratoire fait une erreur, il doit demander à la DGS (Direção-Geral da Saúde) de faire des modifications. Il n’y a eu aucune demande de modification dans les bases de données pour ces cas-là », enchaine-t-il. Maia Gonçalves a ensuite rappelé que les tests PCR avaient « une fiabilité d’environ 90% », avec « 10% de faux négatifs et 2 à 3% de faux positifs » avant de regretter le fait que le Sporting ait cherché à « mettre en cause la fiabilité des tests », dans un contexte où ces derniers représentent l’une des seules armes face à un virus qui tue actuellement près de 170 Portugais chaque jour.

Des déclarations qui, selon Record, ont surpris les dirigeants du Sporting, qui posséderaient entre leurs mains toutes les preuves qu’UNILABS aurait reconnu cette supposée erreur entraînant des résultats positifs aux tests des deux joueurs, qui seraient, finalement, bel et bien négatifs au virus.

Pour l’heure, si le match est prévu ce mardi, à 20h45, on ignore encore si celui-ci pourra se dérouler dans les meilleures conditions. Une chose est sûre, cette polémique ne va pas améliorer les relations entre les deux clubs, déjà au plus bas.

Crédit photo : IconSport

Laisser un commentaire