Trivela

Le foot portugais

Retro – FC Porto 2003-04 : L’épopée européenne

Il existe des histoires qui ne s'oublient pas. L'épopée européenne du FC Porto de Mourinho lors de la saison 2003-2004 en fait clairement partie. A l'occasion du quart de finale aller de la Ligue des Champions entre Liverpool et Porto, nous vous proposons de revivre un moment historique du football portugais ...

Il existe des histoires qui ne s’oublient pas. L’épopée européenne du FC Porto de Mourinho lors de la saison 2003-2004 en fait clairement partie. A l’occasion du quart de finale aller de la Ligue des Champions entre Liverpool et Porto, nous vous proposons de revivre un moment historique du football portugais

Janvier 2002, le FC Porto fait signer José Mourinho en tant qu’entraîneur de l’équipe première. A seulement 39 ans, celui qu’on surnommera par la suite le “Special One” est peu expérimenté et offre peu de garanties à son nouveau club. Ce pari, risqué, va s’avérer particulièrement payant pour Pinto da Costa et le FC Porto. Pour sa première saison au club, Mourinho parvient à guider son équipe à un formidable triplé, Coupe-Championnat-Coupe de l’UEFA.

Porto débute sa saison 2003-04 en tant que favori pour un énième succès nationale, et croit en son statut d’outsider pour la Ligue des Champions. Qu’importe le bilan final de cette nouvelle saison, celle-ci restera quoi qu’il arrive dans l’histoire du club comme la première saison dans le nouveau stade de Porto, l’Estadio do Dragao.

Avec un effectif de qualité marqué par une grande présence portugaise, avec des joueurs devenus des piliers de la Seleçao comme Vítor Baia, Ricardo Carvalho, Bosingwa, Maniche ou encore Deco, Porto présente de formidables atouts et donne beaucoup de raisons d’espérer une belle saison dans son nouveau stade.

Si Porto est le tenant du titre de la coupe de l’UEFA, le champion du Portugal n’est qu’un outsider pour succéder au grand Milan AC en Ligue des Champions.

Le premier tour : Des débuts compliqués

Le tirage au sort de la phase de poule est mitigé pour Porto, qui se retrouve dans le même groupe que le Partizan de Belgrade, l’Olympique de Marseille, et surtout le Real Madrid. Pour se qualifier en huitièmes de finale, les portugais doivent finir dans les deux premiers, dans un groupe où la première place semble promise au grand Real Madrid des galactiques Figo, Zidane, Ronaldo, Beckham, Raul …

Le FC Porto débute son épopée européenne avec un déplacement délicat à Belgrade contre le Partizan. Après une ouverture du score de Costinha, les portugais sont rejoints en deuxième mi-temps et les deux équipes débutent leur campagne de Ligue des Champions avec un match nul 1-1.

Quelques semaines plus tard, le FC Porto reçoit les galactiques du Real Madrid. C’est un immense choc qui oppose le FC Porto à l’une des plus grandes équipes de l’histoire. Tout commence idéalement pour Porto qui ouvre le score par Costinha, avant d’être rejoint vingt minutes plus tard par une tête d’Ivan Helguera. Avant la mi-temps, Solari puis Zidane donnent l’avantage au Real Madrid qui s’impose 3-1 en terre portugaise.

Porto commence mal sa campagne européenne, avec un seul petit point pris sur les six possibles … Si Porto souhaite rester en course pour se qualifier, les portugais doivent impérativement s’imposer contre Marseille lors du 3ème match de cette phase de poule.

Début de match compliqué pour Porto : l’OM ouvre le score grâce à l’inévitable Didier Drogba à la 24ème minute. Après ce but, Porto hausse son niveau de jeu et réagi assez rapidement avec des buts de Maniche, puis Derlei pour prendre l’avantage. En fin de match, le milieu offensif russe Dmitri Alenichev porte le score à 3-1 avant que Marlet ne réduise la marque à 3-2. Score finale, 3-2 pour Porto qui fait la bonne opération face à un concurrent direct.

Pour débuter la phase retour, Porto reçoit l’OM au cours d’un match peu animé en terme d’occasions de but. Un seul but est inscrit durant cette rencontre, celui de McCarthy à la 21ème minute pour Porto. Pour la première fois de la saison en Ligue des Champions, les portugais s’imposent en gardant leur cage inviolée et montrent une réelle solidité défensive. Avec ces deux victoires en deux matchs, Porto distance l’OM et se place en bonne voie pour se qualifier.

A domicile, contre le Partizan, Porto peut décrocher son ticket pour les huitièmes de finale dès le cinquième match de cette phase de poule. Les portugais ne tremblent pas. Avec un doublé de Mc Carthy, encore lui, Porto s’impose 2-1 devant Belgrade. Déjà qualifiés pour les huitièmes de finale, le dernier match de cette phase de poule à Santiago Bernabeu face au Real Madrid, est importante pour déterminer le premier du groupe.

Deux semaines plus tard, au Bernabeu, Porto parvient à titiller le géant madrilène. Derlei parvient à égaliser suite à l’ouverture du score de Solari pour le Real Madrid. Score final 1-1 dans cette “finale du groupe”. Le FC Porto finit deuxième du groupe, à 3 points du Real Madrid. L’Olympique de Marseille est éliminé de la Ligue des Champions et se voit reversé en UEFA. Malgré les deux premiers matchs compliqués, Porto s’est tranquillement qualifié en huitièmes de finale.

Lyon, Arsenal, Monaco, Juventus, Manchester United, Chelsea et le Milan AC : le futur adversaire du FC Porto se trouve dans cette liste. Porto héritent du géant anglais, champion d’Europe quatre saisons plus tôt : le Manchester United d’Alex Ferguson !

1/8 de finale : Manchester Utd

Le match aller se déroule au Dragão, et les hommes de Sir Alex se déplacent en grands favoris. Le club anglais compte dans ses rangs sa jeune recrue Cristiano Ronaldo qui, a 18 ans, participe aux deux matchs en commençant à chaque fois sur le banc.

Début de match compliqué pour les hommes de Mourinho : Manchester ouvre la marque grâce à Fortuné à la 15ème minute. Après ce but concédé à domicile, Porto n’a pas d’autre choix de que de réagir. A l’heure de jeu, Mc Carthy égalise puis donne l’avantage à Porto à la 79ème minute. En vingt minutes, le sud-africain a totalement renversé la situation, même si la qualification reste loin d’être acquise. Il faut désormais faire un résultat à Old Trafford …

Au match retour, le Porto de Mourinho est privé de Derlei. A la demi-heure de jeu, Manchester pense faire le plus dur en ouvrant la marque par Paul Scholes. Les minutes défilent, Porto fait preuve de caractère, mais l’élimination s’approche. Malgré plusieurs situations, personne ne parvient à inscrire le but de la qualification jusqu’à la dernière minute. C’est le moment parfait que choisi Costinha pour égaliser et ainsi, faire passer Porto devant Manchester sur l’ensemble des deux rencontres. (3-2 scores cumulés)

Porto parvient à éliminer Manchester United ! Direction les quarts de finale de la Ligue des Champions pour Deco et ses coéquipiers. En quarts, Porto affronte l’Olympique Lyonnais qui a facilement éliminé la Real Sociedad au tour précédent. A cette époque, l’OL de Paul Le Guen est le leader incontesté du championnat français et tente de passer un pallier en Ligue des Champions.

1/4 de finale : L’Olympique Lyonnais

23 mars 2004, Porto reçoit l’OL qui est en route pour son 3ème titre de champion de France consécutif. Au cours de ce match, un joueur réalise un véritable récital et marque le match de son talent : Anderson Luís de Souza, plus connu sous le nom de Deco.

Fraîchement naturalisé portugais, c’est lui qui ouvre le score juste avant la pause. En deuxième mi-temps, le génial milieu de terrain portugais délivre un magnifique centre pour la tête de Ricardo Carvalho qui double la mise. Porto s’impose 2-0 et fait un pas vers la demi-finale !

Au match retour, Lyon ne parvient pas à faire douter Porto. Maniche douche les espoirs lyonnais dès la 6ème minute en ouvrant le score, dix minutes avant l’égalisation lyonnaise, par Luyindula. A ce moment, Lyon doit encore marquer 3 fois pour se qualifier : une mission compliquée face à un Porto très bien organisé. Les hommes de Mourinho maîtrisent leur sujet, et c’est même Maniche qui double la mise pour Porto, juste après la mi-temps. . L’égalisation d’Elber en toute fin de match est anecdotique, le match se termine sur le score de 2-2. Porto l’emporte 4-2 sur l’ensemble des 2 matchs. Les portugais se qualifient pour les 1/2 finales de la Ligue des Champions, et c’est mérité !

1/2 finale : Deportivo la Corogne

Les demi-finales opposent des équipes peu habituées à arriver aussi loin dans la compétition : l’AS Monaco est opposé à Chelsea, alors que le FC Porto affronte le Deportivo la Corogne. Tombeur de la Juve puis du Milan, le Depor, troisième de Liga, semble être armé pour prétendre à un titre européen.

Cette fois encore, Porto reçoit la première manche, sous le sifflet du mythique Pierluigi Collina. Au match aller, aucune équipe ne parvient à prendre l’avantage, et les deux formations se séparent sur un score nul et vierge, 0-0. Aucun but n’est marqué mais surtout aucun but n’est encaissé, à domicile. Un petit but à l’extérieur, en Espagne, peut être décisif pour les portugais.

Au retour, le match est tout aussi indécis et équilibré. A la 60ème minute, suite à une intervention illicite de l’espagnol César Martin sur Deco, Porto ouvre le score sur un penalty de Derlei. Avec ce but marqué à l’extérieur, les portugais prennent une sérieuse option sur la finale à Gelsenkirchen ! Qui l’eut cru ?

Le penalty de Derlei met un coup au moral des espagnols, qui ne parviennent pas à revenir au score, et qui voient donc leur superbe parcours s’arrêter en demi-finale.

Un an après avoir remporté la Coupe de l’UEFA, le FC Porto réalise l’exploit d’être en finale de la Ligue des Champions !

Finale : L’AS Monaco

Tombeur du Real Madrid et de Chelsea, c’est l’AS Monaco qui se présente face au FC Porto en finale, à Gelsenkirchen en Allemagne. Les hommes de Deschamps, emmenés par Giuly, Rothen et le meilleur buteur de la compétition Morientes sont également des outsiders de la compétition, mais ont prouvé qu’ils avaient les ressources pour gagner la coupe.

Dés la 23ème minute, le meilleur joueur de l’AS Monaco, Ludovic Giuly est contraint de sortir sur blessure. Ce fait de jeu soulage la défense du FC Porto qui voit la principale menace adverse quitter le terrain prématurément.

Quelques minutes plus tard, après un cafouillage dans la surface, l’international brésilien Carlos Alberto envoie sa reprise de volée dans la lucarne gauche monégasque et ouvre le score pour le FC Porto. Le rêve de José Mourinho n’a jamais été si près, et les dizaines de milliers de supporters portugais présents au stade y croient de plus en plus.

En deuxième mi-temps, Porto maîtrise son sujet de bout en bout et se montre bien plus fort que son adversaire du soir. Les portugais doublent la mise sur un centre en retrait d’Alenichev pour Deco, qui prend Flavio Roma à contre-pied. A 2-0, le break est fait, et il faudrait un incroyable retournement de situation pour voir le titre échapper à Porto. C’est le match parfait pour Mourinho et les siens, qui arrivent même à inscrire un troisième but à 15 minutes de la fin du match, par Alenichev.

Cette fois c’est fait, Porto remporte la deuxième Ligue des Champions de son histoire, 17 ans après le premier sacre !

Cette saison 2003-2004 restera marquée à vie dans la mémoire de chacun de ces héros. En plus d’être champion d’Europe, Porto a réalisé l’exploit de gagner le championnat et de réaliser un magnifique doublé, un an après le triplé Coupe-Championnat-UEFA.

Porto est alors sur le toit de l’Europe, et ce formidable parcours va offrir de belles opportunités à Mourinho et à ses joueurs. Après deux saisons formidables, le tacticien portugais devient le manager de Chelsea, et apporte Ricardo Carvalho et Paulo Ferreira dans ses bagages. Deco, révélation de la compétition, rejoint le grand FC Barcelone.

Bien qu’il soit encore gravé dans nos mémoires, ce succès semble désormais bien loin. Qualifié pour les quarts de finale de la Ligue des Champions, Porto devra réaliser un exploit pour éliminer Liverpool, finaliste de la dernière édition. Si Mourinho et Deco ne sont plus là, le FC Porto peut compter sur une équipe solide et cohérente, avec une grosse force de caractère.

La mission s’annonce difficile, mais Os Dragoes en sont capables.

Maxime Gonçalves