A l’étranger : En quoi le style de jeu de Bruno Fernandes est-il si atypique ?

En partenariat avec ViziFootball, nous avons analysé les statistiques de Bruno Fernandes en Premier League, afin d’établir plusieurs constats concernant son style de jeu.

Il a récemment été élu meilleur transfert de l’histoire du mercato hivernal en Premier League. Arrivé à Manchester United il y a un peu plus d’un an, le Portugais Bruno Fernandes ne s’est pas fait attendre avant de s’imposer comme le visage du renouveau mancunien, et a rapidement pris les commandes du jeu de sa nouvelle équipe. Mais comment joue Bruno Fernandes ? Quels sont les aspects de son jeu qui rendent ce joueur si particulier ? Notre partenaire, ViziFootball, nous a apporté quelques éléments de réponses.

Les statistiques sont toujours à prendre avec des pincettes. Cependant, celles-ci peuvent servir à renforcer ou à déconstruire de façon objective, des tendances qui relèvent de notre subjectivité. Avec 13 buts marqués et 10 passes décisives délivrées en 23 matchs de championnat cette saison, Bruno Fernandes (23) apparaît comme le deuxième joueur de Premier League le plus impliqué sur des buts, juste derrière l’attaquant anglais Harry Kane (26). Comment est-il parvenu à avoir une telle influence sur les résultats, et sur le jeu de son équipe ? Pour déterminer cela, nous avons comparé les statistiques de l’international portugais avec celles de quatre autres meneurs de jeu de Premier League, à savoir Kevin de Bruyne, Jack Grealish, James Rodriguez et Mason Mount.

Très actif à la récupération du ballon

S’il est avant tout un joueur offensif, comme en témoigne ses statistiques impressionnantes devant le but, Bruno Fernandes est également capable d’enchaîner les efforts au milieu de terrain, et de participer activement au pressing de son équipe. En moyenne, le Portugais entreprend 19,35 phases de pressing toutes les 90 minutes passées sur le terrain. Un volume de jeu impressionnant, que seul Mason Mount (20,10) dépasse légèrement. James Rodriguez (11,80), Jack Grealish (11,57) et Kevin de Bruyne (15,32) sont, quant à eux, nettement moins actifs à la récupération du ballon que le numéro 18 de Manchester United.

Moins de dribbles, plus de jeu long

Parmi les cinq cas étudiés, Bruno Fernandes est, de loin, le joueur qui entreprend le moins de dribbles, avec une moyenne de 0,61 dribble tenté toutes les 90 minutes. Bien loin d’un Jack Grealish qui, grâce notamment à sa position souvent plus excentrée, parvient à tenter 2,67 dribbles toutes les 90 minutes. S’il dribble moins, le Portugais est, logiquement, celui qui perd le moins de ballon dans les pieds parmi les cinq profils étudiés. Pas tellement adepte des situations de un contre un, le meneur de jeu de Manchester United use davantage de sa qualité de passe que de son aptitude à éliminer ses adversaires par le dribble. Avec une moyenne de 3,41 ballons envoyés dans la surface adverse toutes les 90 minutes, le joueur de Manchester United apparaît comme une référence dans ce domaine, dans lequel seul De Bruyne (3,85) le dépasse.

Le jeu de l’ancien du Sporting se caractérise par sa volonté constante de créer le danger par la passe, et de trouver des trajectoires permettant de servir ses coéquipiers dans les meilleures conditions. Si cela implique un taux de passes réussies inférieur à celui de ses concurrents (73,66% pour le Portugais contre 83,95% pour Mason Mount), Bruno Fernandes est l’un des joueurs de Premier League qui réalise le plus d’expected assists. Avec 0,41 expected assists pour 0,42 passes décisives délivrées toutes les 90 minutes, seul Kevin de Bruyne (0,44) prend le meilleur sur le Portugais.

Bon qu’à tirer des pénaltys ?

Alors qu’il développe, semaines après semaines, une certaine facilité à tromper les gardiens sur pénalty, ce qui lui vaut paradoxalement certaines moqueries sur les réseaux sociaux, Bruno Fernandes reste, au-delà de ça, l’un des meneurs de jeu les plus prolifiques du championnat. Tout en ayant la deuxième moyenne la plus faible en terme de ballons disputés dans la surface adverse parmi les cinq profils étudiés (3,79 par match pour le Mancunien contre 7,95 pour Jack Grealish), Bruno Fernandes est le deuxième à marquer le plus de buts hors-pénalty toutes les 90 minutes (0,33), juste derrière James Rodriguez (0,38). L’international colombien d’Everton a, ceci étant, disputé 7 matchs de moins que le Portugais sur ce début de saison.

Pourtant, l’ancien capitaine du Sporting n’est pas celui qui frappe le plus au but. Jack Grealish (6,38) et Kevin de Bruyne (6,47), qui marquent moins de buts que Bruno Fernandes cette saison, prennent, en moyenne, davantage leur chance que le joueur de la Seleção (5,33), particulièrement précis face aux gardiens adverses.

Meneur de jeu atypique

Comme précisé plus haut, les statistiques sont à prendre avec des pincettes. D’abord, parce que ces quatre joueurs, bien qu’ils aient le rôle de dynamiser le système offensif de leur équipe, n’évoluent pas toujours dans les mêmes positions, et parce qu’ils n’ont pas forcément les mêmes consignes. Il est donc essentiel d’interpréter ces statistiques en gardant à l’esprit que celles-ci doivent davantage servir de repère pour déterminer le style de jeu des différents joueurs évoqués, que le niveau réel de chacun.

En comparaison avec les autres références de la Premier League dans ce rôle si important de meneur de jeu, Bruno Fernandes se distingue par sa capacité à multiplier les efforts, notamment défensifs, et par sa recherche de verticalité avec un jeu de passe rapide et relativement risqué, généralement privilégié au dribble, qu’il n’utilise qu’en cas de nécessité. Déjà buteur à 13 reprises cette saison en championnat, le Portugais possède une capacité remarquable à tromper les gardiens adverses, sans pour autant abuser de sa sublime qualité de frappe.

Les graphiques :

Crédit photo : IconSport

Laisser un commentaire