Santa Clara : Des Açores jusqu’à la conquête de l’Europe

Invité surprise dans le haut du tableau de Liga la saison passée, le club açoréen de Santa Clara peut rêver d’une qualification historique en barrages de la Ligue Europa Conférence, ce jeudi soir.

Les héros de toute une île. Ce jeudi soir, les joueurs de Santa Clara auront l’occasion d’accéder à la phase de barrages de la première édition de la Ligue Europa Conférence. Les Portugais se déplaceront en Slovénie pour affronter l’Olimpija pour le troisième tour préliminaire retour, une petite semaine après s’être tranquillement imposé chez eux, aux Açores, là où leur histoire a débuté il y a tout juste 100 ans.

Les Açores comme point de départ

Le club de Santa Clara voit le jour le 31 janvier 1921, aux Açores. A l’origine, le club se nomme le Santa Clara Futebol Clube, et se voit représenté par le symbole du lion rouge posé sur un ballon de football. Quelques années plus tard, en s’affiliant avec Benfica, le club situé dans les Açores va changer d’identité visuelle, et reprendre un logo quasi-similaire à celui des Aigles.

C’est durant la saison 1922-1923 que Santa Clara fait son apparition dans le championnat de São Miguel, aux Açores. Et de quelle manière. Cette année-là, le club remporte le premier championnat de son histoire, qui restera historiquement connu sous le nom de la « Boneca » (la Poupée, en portugais). Vient alors une domination sans partage, qui amène Santa Clara à remporter le championnat local à sept reprises consécutives entre 1930 et 1937. C’est durant cette période que l’équipe açoréenne effectue ses premiers déplacements sur le continent, pour se mesurer, souvent sans succès, aux meilleures équipes du Portugal lors de rencontres amicales.

Le yoyo en divisions inférieures

Il faudra cependant attendre la fin des années 1970 pour voir Santa Clara intégrer un championnat national : l’équivalent, à l’époque, de la quatrième division portugaise. Dix ans passent avant que Santa Clara accède, en 1987, à l’échelon supérieur en terminant second de son championnat. Le succès des Açoréens sera cependant de courte durées, car les joueurs de Santa Clara retrouveront la quatrième division à l’issue de la saison. Bis repetita trois ans plus tard, en 1990, lorsque le club remonte, puis redescend la saison suivante. Une période de yoyo entre les troisièmes et quatrièmes divisions, durant laquelle Santa Clara voit, sans s’en rendre vraiment compte, l’un des futurs meilleurs attaquants de l’histoire du Portugal, en la personne de Pedro Miguel Pauleta, passer discrètement dans ses rangs.

A partir de la saison 1995-1996, alors que l’Aigle des Açores vient de rejoindre Estoril, le club de Santa Clara entreprend une incroyable ascension jusqu’à l’élite, avec trois promotions obtenues en seulement quatre saisons. Un rêve éveillé prend alors place en 1999 : Santa Clara devient le premier club des Açores à intégrer l’élite du football portugais. Mais comme nous l’avons vu plus haut, à Santa Clara, les rêves ne durent jamais bien longtemps. Une nouvelle série de yoyo s’installe : le club descend en II Liga, remonte en I Liga, puis redescend deux ans plus tard, lors de la saison 2002-2003, pour entamer une série de 15 années consécutives en seconde division. Une traversée du désert, durant laquelle les Açoréens ont montré une improbable inconstance, entre la belle 3e place obtenue en 2009, et l’inquiétante 19e place du championnat accrochée six ans plus tard.

Santa Clara, à la conquête de l’élite

En 2010, Santa Clara crée une SAD afin de structurer son activité économique tout en se conformant aux nouvelles mesures qui régissent alors le football professionnel portugais. Cinq ans plus tard, le président Rui Miguel Melo Cordeira intègre l’organigramme du club, avec l’ambition de replacer les Açores sur la carte du football portugais. Et il faut attendre la saison 2017-2018, et une magnifique seconde place obtenue à seulement cinq petits points du champion, le Nacional de Madeire, pour revoir Santa Clara dans l’élite du football portugais. Depuis, le club des Açores s’est petit à petit installé comme un nom avec lequel il faut compter au Portugal. Pour son retour dans le championnat principal, le club Açoréen accroche la 10e place du championnat, et signe ainsi le meilleur classement de son histoire. Mieux encore, la saison qui suit, Fabio Cardoso et ses coéquipiers permettent à Santa Clara d’intégrer la première partie de tableau, en s’emparant de la 9e place d’un championnat perturbé par la crise sanitaire.

Qui aurait pu miser sur une telle ascension, il y a de cela quelques années ? A vrai dire, pas grand monde. Aux Açores, un proverbe dit « Dieu veut, l’Homme rêve, l’Açoréen réalise ». C’est une façon locale de dire qu’aux Açores, rien ne paraît impossible. Pas même le fait d’accéder à l’Europe. Alors que la nouvelle Ligue Europa Conférence s’apprête à voir le jour, Santa Clara réalise une saison 2020/21 inoubliable, avec notamment une victoire contre Braga et un match nul contre Benfica en figures de proue. C’est bon, on peut le dire : le modeste Santa Clara joue enfin dans la cour des grands. Menés par l’entraîneur Daniel Ramos, Fabio Cardoso, Carlos Junior, Rafael Ramos, Morita ou encore Cryzan deviennent les têtes d’affiche de ce club, qui vient bousculer la hiérarchie au point de terminer la saison à une improbable sixième place, qualificative pour la nouvelle compétition européenne.

Un coup à jouer en Europe ?

C’est ainsi que le club açoréen de Santa Clara s’est retrouvé propulsé sur les devants de la scène, avec cette participation historique aux joutes européennes. Et pour l’heure, les enjeux et la pression de cette nouvelle aventure ne semblent pas impressionner les joueurs de Daniel Ramos. S’ils se sont sévèrement inclinés pour la première journée de championnat, les Açoréens se sont tranquillement défaits de Shkupi (5-0 sur l’ensemble des deux matchs) lors du second tour qualificatif de la Ligue Europa Conférence, avant de remporter la première manche contre l’Olimpija au troisième tour (2-0). Ce jeudi (20h00), c’est avec un effectif très réduit que Santa Clara ira en Slovénie pour tenter de continuer son ascension qui n’a, visiblement, aucune limite.

Crédit photo : Noticias ao Minuto

Laisser un commentaire