Seleção : L’avenir de la défense centrale enfin assuré ?

Tiago Djalo Seleção

La Seleção semble avoir besoin de se tourner vers un avenir plus serein, notamment en défense centrale où Pepe et José Fonte s’approchent de la fin de leur carrière respective.

La Seleção a besoin de renouveau

Malgré leurs âges avancés dans le football, les capitaines du FC Porto et du LOSC, font toujours preuve de performances honorables au sein de leur club. Si pour Pepe, les blessures deviennent de plus en plus contraignantes, José Fonte fait preuve d’une étonnante condition physique qui le place comme l’un des véritables leaders de son équipe. Néanmoins, cela ne lui a pas empêché de perdre sa place de titulaire avec le Portugal, « victime » de l’émergence du défenseur de Manchester City, Rúben Dias. Mais, les deux titulaires dans l’axe de la défense à l’Euro 2016, pourraient, à 38 ans chacun, bientôt être amenés à raccrocher les crampons, ce qui viendrait perturber les plans du sélectionneur.

Sur le plan comptable au sein de la Seleção, la solidité défensive est de plus en plus remise en question et semble moins rassurante qu’elle n’a pu l’être par le passé. Lors de l’Euro 2016, les hommes de Fernando Santos ont encaissé cinq buts en sept matchs. A la Coupe du Monde 2018, la Seleção a encaissé six buts en quatre matchs, puis sept au dernier Euro, en l’espace de quatre rencontres. Un rendement défensif en baisse, qui ne se limite pas aux défenseurs, mais également aux performances globales de l’équipe. De plus, le sélectionneur n’a pas hésité à se passer de la présence de quatre défenseurs centraux de métier dans ses récentes listes, en comptant Danilo comme potentiel candidat à ce poste. Un choix discutable qui démontre le manque de joueurs à cette position, bien que Domingos Duarte, défenseur central de Granada, semblait pouvoir faire partie des plans, au même titre que Ruben Semedo.

Des opportunités à saisir en Seleção

Si l’on pouvait s’inquiéter quelques saisons auparavant de l’avenir de la défense centrale portugaise, au regard du peu de choix à la disposition du staff portugais, la confirmation au plus haut niveau de Rúben Dias ainsi que l’émergence de deux jeunes talents, Tiago Djaló et Gonçalo Inácio, laisse entrevoir un regain d’espoir. Pour le moment, aucun des deux joueurs n’a pu participer aux rencontres de la Seleção A. Pourtant, cette saison laisse place à un certain enthousiasme au regard des performances réalisées par les deux jeunes joueurs de la sélection des U21.

Tiago Djaló, une polyvalence déconcertante

Au cours de la pré-saison, le Lillois avait fait parler de lui non pas uniquement par ses performances sportives, mais aussi par son altercation avec son coéquipier et compatriote, Xeka, au cours d’un match de préparation. Pour autant, cet événement ne semble par avoir perturbé Tiago Djalo, en témoigne son début de saison impressionnant. Profitant de la blessure de l’une des révélations de la Ligue 1 la saison passée, Sven Botman, le Portugais a évolué auprès de José Fonte dans l’axe de la défense des Dogues durant plusieurs matchs. Ses prestations ont enthousiasmé les observateurs et ont également poussé l’entraîneur du LOSC Jocelyn Gourvennec à lui laisser une place en tant que titulaire malgré le retour de blessure du défenseur néerlandais. Alors que Botman a récupéré son poste, le Portugais a basculé à celui de latéral droit, et a même pu jouer en position de latéral gauche face à l’Olympique Lyonnais, démontrant toute sa polyvalence en plus de sa vitesse et son impact dans les duels. Un profil « multi-tâches » qui pourrait ainsi apporter de la concurrence et répondre aux problématiques défensives des hommes de Fernando Santos.

Gonçalo Inacio, une sérénité à toute épreuve

Titulaire dans la défense à trois de Rúben Amorim, mais aussi à l’aise dans une défense à quatre, le gaucher du Sporting fait preuve d’une aisance balle au pied remarquable, facilitant ainsi la construction du jeu depuis la défense sportinguista. Si dans le football moderne, les défenseurs centraux gauchers sont habitués à occuper l’espace gauche de la défense, ce dernier est davantage positionné dans l’espace droit. Ce positionnement en faux-pied, occupé notamment par Aymeric Laporte avec l’Espagne lors du dernier Euro, offre la possibilité de relancer davantage vers l’intérieur et ainsi varier le jeu à la relance. Un joueur techniquement à l’aise, capable également de gérer la profondeur, qui pourrait bien devenir une pièce maîtresse de la Seleção dans le futur.

Bien qu’ils soient encore jeunes, avec tous deux une belle marge de progression, parviendront-ils à aller au-delà des espérances ?

Crédit photo : IconSport

Laisser un commentaire