Ligue Europa : Que vaut le Standard, prochain adversaire de Benfica ?

Standard Benfica

Ce jeudi soir, Benfica reçoit le Standard de Liège dans le cadre de la deuxième journée de la Ligue Europa. Analyse d’un outsider que les Portugais devront prendre au sérieux.

Enchaîner les victoires. Une semaine après un premier succès de la saison en Ligue Europa, face au Lech Poznan (2-4), Benfica reçoit, ce jeudi, le Standard, défait lors de la première journée. Pour les Lisboètes, cette rencontre sera l’occasion de conforter la première place du Groupe D, avant un déplacement compliqué en Ecosse la semaine prochaine. Pour cela, il faudra faire face à un adversaire coriace, qui a une histoire particulière avec le Portugal.

Qui es-tu, Standard de Liège ?

Fondé en 1898, le Standard de Liège est l’une des équipes plus populaires de Belgique. Situé dans la partie francophone du pays, le club est l’un des plus emblématiques du Royaume. Le matricule 16 est le troisième club du pays en matière de palmarès. En effet, les « Rouches » ont remporté 10 titres du champion, 8 coupes, 4 supercoupes et 1 coupe de la ligue. Présent depuis 1921 au plus haut échelon national, le Standard a toujours du batailler contre ses deux grands rivaux, le Sporting d’Anderlecht et le Club de Bruges.

Connu pour son esprit de gagnant, sa rage de vaincre et ses supporters, le club du président Bruno Venanzi remonte la pente depuis quelques années et figure chaque saison parmi le haut de classement du championnat belge.

Des liens forts avec le Portugal

Depuis des années, un amour entre le club de la cité ardente et le Portugal existe. Cela peut s’expliquer, en partie, par la présence de D’Onofrio et ses attaches portugaises, qui ont facilité l’arrivée de joueurs en provenance du Portugal. Ensuite, Michel Preud’homme a toujours gardé énormément d’affection pour Benfica et la ville de Lisbonne et n’a pas hésité à se tourner vers le Portugal pour recruter et apporter de nouveaux éléments en Belgique. Rappelons-nous aussi de Tomislav Ivic (1933-2011), ancien entraineur de Benfica et Porto, lui aussi légende du Standard.

Depuis des années nous avons ainsi vu défiler une colonie portugaise au Standard. Parmi les plus connus, Sergio Conçeição, passé de 2004 à 2007 comme joueur et lors de la saison 2010-2011 comme entraîneur adjoint du regretté Dominique D’Onofrio.

D’autres joueurs portugais ont également foulé la pelouse du Stade de Sclessin. Outre l’actuel coach de Porto, Sergio Conceição, une autre légende du football portugais est passée par le Standard. En effet, Jorge Costa venu « renforcer » les troupes lors de la saison 2005/2006. En 2006 et pour une saison lui aussi, c’est le battant attaquant du Sporting, Ricardo Sa Pinto, qui arrive en bord de Meuse, avant de devenir, lui aussi, coach de l’équipe en 2017/2018. S’il n’aura pas marqué le club par son sens du but, les supporters se souviennent de son envie et de sa rage de vaincre.

Quelques saisons plus tard, une autre figure marquante du football portugais et de Benfica débarque, en la personne de Ricardo Rocha. En une saison, le défenseur latéral n’aura pas su montrer tout l’étendu de son talent mais aura pu apporter son expérience à un groupe jeune et ambitieux. Enfin deux autres joueurs lusitaniens auront laissé une belle emprunte à Sclessin. Le premier Jorge Teixeira, désormais actif à Saint-Trond en Belgique, a défendu les couleurs du Standard entre 2014 et 2016. Joueur très attachant et chouchou du public, il aura su s’imposer comme le leader de la défense durant deux saisons. Enfin le deuxième, c’est Orlando Sa. L’attaquant aura défendu les couleurs du club pendant un peu plus de deux ans et aura apporter énormément au club, en inscrivant une pléiade de buts. D’autres Portugais sont passés par le club, avec un peu moins de succès.

En 2006, trois défenseurs arrivent à Liège avec énormément d’ambition : Nuno André Coelho, Rogério Matias et Miguel Areias Lopes. Les trois arrières ne resteront qu’une saison et repartiront sans laisser le moindre souvenir aux supporters. Deux autres compatriotes sont dans le même cas, Tiago Ronaldo et Yoann Tavares. Le premier, désormais actif à Trofense, arrive en 2009 en provenance de Guimarães et repart un an plus tard avec 0 minute de jeu au compteur. Le second, désormais à Tondela, est arrivé en 2012 aura joué trois matchs avant de partir en prêt en janvier 2013, puis en Italie l’été suivant. Enfin le dernier, c’est le talent de Guimarães, Rochinha. Arrivé en provenance de Benfica en 2017, il aura végété en équipe B durant deux ans, sans aucune explication, et n’aura joué que… 47 minutes en équipe première.

Un tandem jeunesse-expérience, qualité et formation

Le coach Philippe Montanier, arrivé libre cet été après la fin de son aventure au RC Lens, n’a eu que quelques semaines pour créer un groupe en respectant les exigences financières de sa direction. La volonté était simple : « Un recrutement jeune et peu couteux ». Ces déclarations font suite à des difficultés financières (rachat du stade par un groupe immobilier du club) et judiciaires qui ont secoué le club durant ces derniers mois. Ne pouvant donc pas compter sur un portefeuille très élevé, l’entraîneur français décide de faire confiance à l’effectif mis à sa disposition et aux des jeunes du SL16 Football Campus, dirigé par l’ex enfant du club Réginal Goreux.

Parmi les joueurs importants de l’effectif, le club du manager Michel Preud’homme, peut compter sur son capitaine et tout jeune international Zinho Vanheuseden, 21 ans, formé au club avant de partir poursuivre sa formation du côté de l’Inter Milan et revenir en 2018 pour la coquette somme de… 11,5 millions d’euros hors bonus. Autre joueur très important et incarnant « L’esprit Standard » Arnaud Bodart. International belge espoir, ce jeune gardien de 22 ans a passé toute sa formation au club. Lancé la saison dernière par Michel Preud’homme, il a réussi a s’imposer dans les cages liégeoise précédemment défendues par Guillermo Ochoa, Victor Valdes ou Jean-Francois Gillet (41ans, toujours actif comme 3ème gardien).

Au milieu de terrain, on retrouve plusieurs joueurs très talentueux. Privé de sa pépite Nicolas Raskin, touché par le COVID-19, tout comme plusieurs joueurs de l’effectif (le défenseur Sissako, Lestienne, Shamir, Balikwisha ou encore Tapsoba), les Rouges pourront compter sur le duo Bastien-Cimirot. Les deux compères réputés pour leur côté hargneux et combatif auront énormément de boulot pour contrer le milieu des Aigles. Ensuite, les attaques liégeoises seront rythmées par le duo marocain Selim Amallah et l’enfant du club et ex joueur de Benfica, Mehdi Carcela. Touché par la pandémie et la perte d’un ami très proche, le dribbleur revient petit à petit à la compétition, et retrouve sa place de titulaire.

L’attaque représente sans doute le point faible des Standarmen cette saison. Déjà en grandes difficultés pour marquer, le club devra se passer de sa pépite venue de la RD Congo, Jackson Muleka, blessé pour 4 à 6 semaines. Les hommes de Montanier devront ainsi s’en remettre à deux attaquants de grande taille, Obbi Oulare et Felipe Avenatti.

Benfica, grand favori

Après avoir commencé la campagne européenne de la plus mauvaise des manières avec une défaite face aux Rangers (0-2), le Standard se déplace chez le plus gros morceau du groupe, le SL Benfica.

Et plusieurs éléments poussent les supporters belges à être plutôt pessimistes. Tout d’abord, les joueurs du Standard seront relativement déforcés suite aux absences des joueurs touchés par le COVID-19. De plus, le Standard a montré, ces derniers temps, des difficultés à se déplacer en Europe, et n’est pas aussi convaincant loin de ses bases. Les espoirs du Standard sont donc très minces et les journalistes locaux ne donnent pas cher de la peau des Rouges.

De plus, ceux-ci insistent sur le fait que les Lisboètes possèdent des joueurs d’expérience et une multitude d’internationaux comme Vertonghen, Otamendi, Pizzi, Rafa ou encore Everton et Waldschmidt. Outre ces joueurs confirmé, le focus doit aussi être placé sur la pépite Darwin Nunez, auteur de quatre buts sur les deux derniers matchs de son équipe. Les joueurs de Jorge Jesus partent ainsi favoris pour cette rencontre, et ce dernier pourra compter sur un groupe large et talentueux qui ne faibli pas ou presque lors des changements.

« Equipe prestigieuse, adversaire difficile ».

En ce jour de match, Nicolas Gavory et le coach Philippe Montanier se sont présentés à la traditionnelle conférence de presse. Et les deux représentants du Standard n’ont pas hésité à utiliser des termes forts. L’entraîneur français parle d’une « équipe prestigieuse et adversaire difficile » face à qui « il faudra donner le meilleur ». Le défenseur français a, quant à lui, lancé « qu’il faudra faire preuve de rigueur et d’abnégation. »

Crédit photo : IconSport

Laisser un commentaire