Vitoria SC : Bruno Varela, des doutes à la certitude

Longtemps relégué au second plan, Bruno Varela est revenu sur les devants de la scène cette saison, sous le maillot du Vitoria SC.

Il est, pour beaucoup, le meilleur gardien de la Liga NOS sur cette première partie de saison. Arrivée au Vitoria SC cet été en provenance de Benfica, Bruno Varela s’est très rapidement affirmé comme une valeur sûre du championnat portugais. Un statut qui n’a pas toujours été le sien.

Chacun son tour

Quoi de plus normal, pour un joueur né à Lisbonne et ayant passé la totalité de sa formation à Benfica, que de lancer sa carrière professionnelle sous le maillot des Aigles ? C’est ce destin-là qu’on prédisait à Bruno Varela dans ses plus jeunes années, durant lesquelles il était la référence à son poste dans les sélections portugaises juniores. Mais, malgré un statut de vice-champion d’Europe espoir avec le Portugal en 2015, le jeune gardien peine à exister aux yeux de son entraîneur face à la concurrence de l’excellent Ederson, alors indéboulonnable à Lisbonne. Il faudra alors un départ d’une saison à Setubal pour se faire les dents et un transfert record d’Ederson à Manchester City pour voir, enfin, Bruno Varela lancé dans le grand bain sous le maillot de son club formateur, durant la saison 2017/18.

Pas le droit à l’erreur

Mais pour son retour à Lisbonne, tout ne se passe pas comme prévu. A Benfica, la pression est grande, les exigences élevées, les erreurs interdites. Alors quand Bruno Varela fait une faute de main sur un coup-franc, à priori, assez simple à capter, et coute une défaite contre Boavista lors de la sixième journée, il est immédiatement relégué à un statut de remplaçant. « C’était incompréhensible, a-t-il récemment expliqué dans les colonnes de Record. Je devais continuer à travailler pour prouver à l’entraîneur qu’il se trompait, mais c’était très difficile. J’ai commencé titulaire, j’ai fait une erreur, et je suis devenu le troisième de la hiérarchie. »

L’expérimenté mais vieillissant Julio Cesar, puis le tout jeune Mile Svilar prennent alors place dans les buts de Benfica. Mais quand le dernier cité commet, à son tour, une grossière erreur en Ligue des Champions contre Manchester United, il est lui aussi mis de côté, laissant la possibilité à Bruno Varela de faire son retour dans les buts pour le reste de la saison. « Je suis redevenu titulaire, et je pense avoir fait une bonne saison malgré le fait que l’équipe n’ait pas atteint ses objectifs. La saison suivante, je suis repassé au second plan », explique-t-il à Record. Un niveau jugé insuffisant pour garder les buts de Benfica une saison de plus. Bruno Varela fait alors le choix de l’exil, et quitte son Portugal natal pour la première fois de sa carrière, pour s’emparer du poste de deuxième gardien à l’Ajax, aux Pays-Bas, pour un prêt de deux saisons.

Un séjour formateur à Amsterdam

Pas grand chose à se mettre sous la dent durant ces deux exercices, si ce n’est une lourde défaite ponctuée par une nouvelle boulette de sa part contre Utrecht, avec les U21 (7-2). A Amsterdam, Bruno Varela ne dispute que 4 rencontres avec l’équipe première, mais peut progresser aux côtés de l’excellent André Onana, et assiste, depuis les premières loges, au parcours exceptionnel des Hollandais en Ligue des Champions durant la saison 2018/2019. Après deux ans en terres bataves, Bruno Varela rentre aux pays, à 26 ans, pour rejoindre le Vitoria SC qui fait face à de sérieux problèmes au poste de gardien de but.

La révélation du côté du Vitoria SC

Un club ambitieux, désireux de passer un cap à l’échelle nationale, sur une saison sans compétition européenne. Le challenge est intéressant, la pression relativement moindre et la maturité, elle, semble enfin là. Et la sauce prend tout de suite. Installé au poste de numéro un dans le onze des Vimaranenses dès le début de saison, Bruno Varela rayonne, et n’encaisse qu’un seul petit but sur les quatre premières journées de championnat. Des prestations remarquées, qui lui permettent d’être élu « meilleur gardien du mois » en septembre et en octobre. Belles récompenses.

Après neuf journées, Bruno Varela compte le plus grand pourcentage d’arrêts du championnat (81%) et est le gardien ayant réalisé le plus de clean-sheet cette saison, à égalité avec Pawel Kieszek de Rio Ave (5). Et les supporters s’en réjouissent, malgré les doutes logiques à l’annonce de son arrivée. « Il a fait taire tous les supporters », nous confie Thomas Morais, fidèle fan du Vitoria. « Beaucoup disaient que, si c’est pour prendre Bruno Varela, alors il fallait autant garder Miguel Silva. Au final, c’est un gros coup de notre direction, un excellent renfort à un poste où on en avait besoin. Il apporte beaucoup de sérénité dans la défense, notamment sur ses prises de balles aériennes qui respirent la confiance. »

Aucun doute, celui qui a souvent été considéré comme un gardien moyen, parfois moqué pour ses quelques malheureuses fautes de main, peut enfin entrevoir un avenir radieux sous ses nouvelles couleurs.

Crédit photo : IconSport

Laisser un commentaire