SL Benfica : Embouteillages en défense centrale ?

L’arrivée de Lucas Verissimo à Benfica, prévue pour le 31 janvier prochain, devrait entraîner plusieurs changements dans le secteur défensif lisboète.

C’est officiel depuis maintenant plusieurs jours : le défenseur central brésilien Lucas Verissimo va bel et bien terminer la saison avec Benfica. Si le joueur de 25 ans va rester à Santos jusqu’à la finale de la Copa Libertadores, prévue le 30 janvier face à Palmeiras, on peut déjà se questionner sur l’impact que va avoir ce recrutement sur le secteur défensif de Benfica, déjà particulièrement bien garni.

Une volonté de Jorge Jesus

Une chose est sûre, c’est que Lucas Verissimo ne vient pas à Lisbonne pour faire du tourisme. Devenu une référence à son poste dans le championnat brésilien, où il totalise une centaine de matchs avec Santos, ce défenseur central qui frise le mètre 90 était une volonté de l’entraîneur de Benfica, Jorge Jesus. « Nous sommes intéressés par le joueur, ça ne fait aucun doute. Je crois qu’il suffit de voir les demi-finales de Libertadores pour comprendre sa qualité », expliquait le Portugais, la semaine dernière, au sujet de sa future recrue.

Trop de joueurs au même poste ?

Cependant, Benfica compte déjà un secteur défensif plutôt garni. Depuis le début de la saison, les deux recrues estivales Nicolas Otamendi et Jan Vertonghen se sont imposées comme les titulaires indiscutables des Aigles en défense centrale, reléguant Jardel, Jean-Clair Todibo et Ferro au second plan. Avant même l’arrivée de sa nouvelle recrue, Benfica compte donc pas moins de cinq défenseurs centraux en équipe première, pour seulement deux places. Embouteillages.

Départs de Benfica inévitables ?

Et qui dit embouteillages dans un effectif dit bien souvent dégraissage au mercato. A priori, au moins l’un des cinq éléments qui peuvent potentiellement faire partie de la charnière centrale de l’équipe première de Benfica devrait quitter le club cet hiver.

A 34 ans, Jardel continue de jouer le rôle du troisième défenseur central, avec 9 titularisations cette saison, dont 5 en coupes nationales. S’il semble nettement moins performant d’années en années, le Brésilien demeure l’un des hommes forts du vestiaire et devrait, à priori, rester à Benfica jusqu’à la fin de la saison, qui symbolisera également la fin de son contrat.

La situation est plus délicate pour Ferro et pour Jean-Clair Todibo. Mis de côté après une saison 2019/20 plus que compliquée aux côtés de Ruben Dias, le premier cité n’a débuté que 2 rencontres cette saison, et est annoncé en partance dès cet hiver, notamment du côté de Valence. Même sort pour son coéquipier français, prêté par le FC Barcelone, qui a disputé, ce mercredi, son deuxième match de la saison, et qu’on annonce en contacts avec Parme, Nice et Saint-Etienne.

Des conséquences sur l’intégration des jeunes

Si, pour l’heure, on ignore l’importance qui va être accordé à Lucas Verissimo au cours de ses premiers mois à Lisbonne, on peut d’ores et déjà s’attendre à voir un ou plusieurs défenseurs centraux faire leurs bagages cet hiver. Et alors que Jean-Clair Todibo et Ferro sont les deux joueurs les plus susceptibles de quitter Lisbonne, les négociations avec les différents clubs intéressés semblent prendre du temps, et pourraient même être ralentie par les infections à la Covid-19 dont sont actuellement victimes les deux titulaires au poste Nicolas Otamendi et Jan Vertonghen.

Pour les différentes parties, le pire des scenarios serait, à priori, que le club ne parvienne pas à se séparer de ses joueurs jugés, à juste titre ou non, indésirables par l’entraîneur Jorge Jesus. Cela le contraindrait à laisser des éléments de qualité comme Jean-Clair Todibo ou Ferro de côté ce qui, en plus de leur faire perdre leur cote sur le marché des transferts, aurait, à moyen terme, des conséquences négatives sur l’intégration des jeunes joueurs en équipe première, comme Morato ou Tomas Araujo, qui performent actuellement avec la réserve en II Liga.

Crédit photo : IconSport

Laisser un commentaire