A l’étranger : Anthony Lopes, les clés d’un retour au top

En ce début de saison, le gardien portugais de l’Olympique Lyonnais Anthony Lopes enchaîne les bonnes prestations et semble être revenu à son meilleur niveau.

Cela n’aura pas échappé à ceux qui suivent attentivement la Ligue 1 : Anthony Lopes a retrouvé son meilleur niveau en ce début de saison. Très critiqué après un exercice 2020-21 plutôt délicat au cours duquel ses nombreuses approximations ont coûté de précieux points à l’Olympique Lyonnais, le gardien international portugais veille, semaine après semaine, à remettre tout le monde d’accord. Et les chiffres parlent pour lui. Sur ce début de saison, le natif de Givors est le gardien qui a réalisé le plus d’arrêts en Ligue 1 (46).

L’importance de l’épisode Onana

L’histoire d’un déclic. Formé à l’Olympique Lyonnais, où il évolue depuis maintenant 21 ans, Anthony Lopes était, semble-t-il, entré dans un certain confort entre Rhône et Saône. Titulaire indiscutable depuis la saison 2013-14, le gardien de 31 ans n’avait, jusque-là, jamais vu son statut remis en question. Une donnée qui n’est plus vraiment d’actualité depuis cet été, au cours duquel le nouvel entraîneur de l’Olympique Lyonnais Peter Bosz a réclamé l’arrivée de son ancien gardien, André Onana, en provenance de l’Ajax. Et selon diverses sources, l’international camerounais était tout proche de signer à Lyon et venir ainsi titiller Anthony Lopes sur son fauteuil, mais les différentes parties n’ont finalement pas su tomber d’accord.

Pour autant, la rumeur de ce transfert, qui était d’ailleurs espéré par une partie du public lyonnais forcément déçu des prestations du Portugais, a eu l’effet d’un déclic chez ce dernier. Cette semaine, Anthony Lopes a déclaré dans Le Progrès que cet épisode avait « provoqué un sursaut d’orgueil » chez lui. « On parlait d’un autre gardien, et je n’en voulais qu’à moi-même parce que je n’avais pas fait le nécessaire lors des derniers mois », a-t-il reconnu avant d’ajouter « C’est sûr que ça a provoqué un sursaut d’orgueil. Il fallait que je me retrouve, que je sois celui que j’étais avant. Mon seul regret, c’est d’avoir pu créer quelques doutes dans la tête de certains. Je sais où j’ai péché, et ce que j’ai dû faire pour me remettre la tête à l’endroit. Il me fallait redonner un gros coup de collier. »

Une place en Seleção remise en question ?

Ce fameux « coup de collier », l’envie de faire mentir les plus sceptiques, l’arrivée de son ancien coéquipier Rémy Vercoutre au poste d’entraîneur des gardiens ainsi que le retour des supporters dans les stades font partie des nombreuses explications au retour en forme du gardien portugais en ce début de saison. Aussi, notons une concurrence qui s’est intensifiée à son poste en Seleção au cours des derniers mois. Si Rui Patricio est toujours aussi indiscutable aux yeux de Fernando Santos, les places de deuxième et de troisième gardien semblent coûter de plus en plus chères avec l’émergence d’une nouvelle génération très prometteuse.

Désormais passé titulaire dans les buts du FC Porto, le jeune Diogo Costa a récemment reçu ses premières convocations en équipe nationale et semble s’affirmer comme l’avenir du poste au Portugal. Déjà très bon à l’Olympiakos, José Sa bénéficie également d’une visibilité plus importante depuis qu’il a rejoint la Premier League et Wolverhampton cet été. A Grenade, le jeune Luis Maximiano, fraîchement arrivé du Sporting, parvient également à se démarquer, au même titre que Rui Silva qui se partage le temps de jeu avec le vétéran Claudio Bravo depuis sa signature au Bétis.

Cette semaine, Fernando Santos a annoncé sa liste des 26 joueurs qui représenteront la Seleção lors des deux dernières confrontations de la phase de qualifications pour la prochaine Coupe du Monde. Cette fois-ci, le sélectionneur a fait appel à l’indéboulonnable Rui Patricio, à Anthony Lopes et au jeune Diogo Costa pour garder les buts de son équipe. Enième confirmation que, s’il est encore loin de prétendre pouvoir chiper la place de titulaire à l’actuel gardien de l’AS Roma, le Lyonnais semble tout de même bénéficier des faveurs de son sélectionneur, avec qui il a notamment vécu la formidable épopée à l’Euro en 2016. Et si on se base sur les récentes performances d’Anthony Lopes avec son club, il semble, en effet, difficile d’imaginer un changement de hiérarchie à court terme, bien que la concurrence se montre de plus en plus menaçante.

Crédit photo : IconSport

Laisser un commentaire