Le Brasileirão, l’edorado des entraîneurs portugais

Abel Ferreira portugais

Ces dernières semaines, de nouveaux entraineurs portugais ont décidé de rejoindre le Brésil pour des défis sportifs différents. Cette saison les entraineurs portugais sont au nombre de 7 dans le Brasileirão.

Ce mardi, en rejoignant officiellement le banc du Coritiba, Antonio Oliveira est devenu le septième entraineur portugais à exercer dans l’élite du football brésilien cette saison. Pour l’entraineur de 40 ans, cette expérience au Brésil n’est pas la première puisqu’il a déjà occupé cette même fonction à l’Athletico Paranaense ainsi qu’à Cuiaba. Le natif de Lisbonne est représentatif d’une tendance présente depuis plusieurs années, renforcée ces derniers jours : la présence des entraineurs portugais sur les bancs des clubs brésiliens.

Cinq entraineurs officialisés ces dernières semaines

Au cours de ce mois de décembre, Antonio Oliveira n’est pas le seul entraineur portugais à s’être engagé pour un club brésilien. Ivo Vieira, passé par le Maritimo ou encore le Vitoria SC, a justement remplacé ce dernier en s’engageant avec Cuiaba, pour sa première expérience brésilienne. Il a été suivi par Renato Paiva et Pedro Caixinha dans cette découverte du championnat brésilien. Le premier, déjà connaisseur du football sud-américain avec des expériences en Equateur et au Mexique, s’est engagé avec Bahia peu après l’annonce de l’entrée du club dans le City Football Group. Le second, ayant beaucoup entrainé au Mexique, a rejoint le Red Bull Bragantino, équipe faisant aussi partie d’une constellation de clubs, celle du Red Bull.

Un autre entraineur portugais a signé au Brésil, Vitor Pereira, en acceptant une offre du Flamengo. Mais à l’image de l’entraineur du Coritiba, le natif d’Espinho n’est pas un nouveau au Brésil puisqu’avant d’être nommé au Mengão, Vitor Pereira était sur le banc du Corinthians. Tout ces entraineurs s’ajoutent à ceux déjà en poste, à savoir Luis Castro, entraineur du Botafogo depuis le mois de mars 2022, et Abel Ferreira, présent sur le banc de Palmeiras depuis 2020. Sans compter les entraineurs passés par le Brésil qui n’y sont plus présent aujourd’hui comme Sa Pinto ou encore Paulo Sousa.

Des entraineurs qui réussissent

Cela fait maintenant plusieurs années que la présence de plusieurs entraineurs portugais au Brésil se fait remarquer. Cette tendance a commencé en juin 2019. C’est à cette époque que le Flamengo décide de faire confiance à un célèbre entraineur portugais pour tenter de remédier à la longue disette du club. Jorge Jesus prend donc la tête de cette équipe et ne reste qu’une saison avant de revenir au Portugal pour entrainer le Benfica.

Mais la saison de Jorge Jesus avec le Flamengo va réellement marquer l’histoire du club carioca. L’entraineur portugais permet au club de remporter un 7e titre de Champion du Brésil après 10 ans d’attente, mais fait aussi briller le club au niveau international en remportant la Copa Libertadores, 38 ans après le dernier sacre. En l’espace d’une saison, il remporte les titres les plus prestigieux, emmenant même le Mengão en finale de la Coupe du Monde des clubs. L’année suivante, en 2020, c’est Abel Ferreira qui rejoint le Brésil et s’engage avec Palmeiras.

A l’image de Jorge Jesus, l’ancien entraineur du SC Braga a été couronné de succès avec le club paulista. Depuis son arrivée, le natif de Penafiel n’a cessé de remporter des titres et de battre des records. Il a remporté la prestigieuse Copa Libertadores dès son arrivée et a réalisé le doublée l’année suivante, faisant de Palmeiras le club brésilien le plus titré de la compétition avec le Flamengo, São Paulo, Santos et le Grêmio, grâce à ses 3 Copa Libertadores. Cette année, il a aussi remporté la Recopa Sudamericana, la Supercoupe sud-américaine. Sur le plan national, Abel Ferreira a aussi gagné le Brasileirão cette année, faisant de Palmeiras le club le plus titré en championnat avec 11 sacres.

La même langue mais une culture différente

Depuis 2019, les entraineurs portugais n’ont pas eu que des succès au Brésil, mais pour la plupart, leurs expériences sont réussies. Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette réussite, et notamment la langue. Les entraineurs portugais sont certes étrangers au Brésil, mais ont la capacité de pouvoir échanger naturellement et sans traducteur avec des effectifs presque uniquement lusophones, partageant la même langue que les Brésiliens.

Le facteur de la langue est très important dans la réussite des entraineurs portugais. Ces entraineurs amènent leur vision de jeu imprégnée par la culture footballistique du Portugal ainsi que leur expérience. Une vision du jeu souvent plus tactique que celle des entraineurs brésiliens, réputés plus techniques. La langue est alors essentielle pour apporter et implanter des idées neuves, ces mêmes idées qui permettent aux entraineurs portugais de se différencier des autres avec une nouvelle vision de jeu efficace, qui conduit bien souvent à remporter des titres.

Crédit photo : IconSport

Laisser un commentaire