SL Benfica : Les cinq pépites de la « Génération Youth League »

Benfica Youth League

Récent vainqueur de la Youth League après une victoire écrasante en finale, le Benfica a pu s’appuyer sur plusieurs individualités qui ont livré des prestations remarquées durant la compétition.

Cela n’a échappé à personne : le SL Benfica est devenu, ce lundi, champion d’Europe des moins de 19 ans. Et si ce titre prestigieux suffit à lui-même pour qu’on puisse applaudir cette excellente génération, il est encore plus honorable étant donné le fait que cette jeune équipe ait remporté la finale sur le score fleuve de 6 buts à 0, face au Red Bull Salzbourg.

En 10 matchs de Youth League cette saison, les U19 du Benfica en ont obtenu 9 victoires, inscrivant pas moins de 29 buts, soit près de 3 buts par match. Des statistiques hallucinantes, rendues possibles par le très bon travail de l’entraîneur Luis Castro et de son staff technique, mais également par les prouesses de certaines individualités, particulièrement en vue durant la compétition. Focus sur les pépites de la « Génération Youth League » du Benfica.

Martim Neto, l’homme à tout faire

Il lui a été demandé d’être au four et au moulin, et il a parfaitement accompli sa mission. Placé dans l’entrejeu lisboète, Martim Neto a pu faire apprécier tout l’étendu de son talent au cours de la compétition. Habile techniquement, puissant, clairvoyant, mais aussi buteur à 4 reprises, le jeune cousin de l’attaquant des Wolves, Pedro Neto, a marqué les esprits et s’est naturellement imposé comme l’un des patrons de cette équipe.

A tout juste 19 ans, Martim Neto vit actuellement sa première saison pleine avec l’équipe B du Benfica, en deuxième division portugaise. S’il était apparu à plusieurs reprises en II Liga la saison passée, le natif de Viana do Castelo s’est définitivement imposé comme un cadre de la réserve lisboète depuis le début de l’exercice en cours, et pourrait bientôt être amené à frapper à la porte de l’équipe première s’il venait à poursuivre sur sa lancée.

Martim Neto

Cher Ndour, au-dessus du lot

A l’image de son coéquipier Martim Neto, Cher Ndour fait partie de ces jeunes talents évoluant habituellement en équipe B de Benfica, venus aider les U19 à l’occasion de la Youth League. Et cette différence de maturité entre le milieu de terrain italien, habitué à jouer avec des seniors, et ses adversaires, s’est ressentie tout particulièrement durant la compétition.

Du haut de son mètre 90, le natif de Brescia, en Italie, a littéralement imposé sa loi dans l’entrejeu, faisant apprécié à la fois sa puissance physique, mais également sa vision du jeu et ses qualités techniques. Egalement buteur en finale, ce lundi soir, le joueur passé par la formation de l’Atalanta termine la compétition avec 3 buts à son compteur, en signe d’une polyvalence rare pour un profil qui l’est tout autant.

Diego Moreira, la touche technique

Il est assurément le joueur le plus spectaculaire de cette sublime génération. Né à Liège, en Belgique, Diego Moreira évolue à Benfica depuis deux saisons et s’est rapidement révélé comme l’un des plus grands espoirs du club lisboète à son poste. Gaucher, évoluant généralement sur l’aile gauche de l’attaque du Benfica, le fils de l’ancien joueur de Boavista, Almani Moreira, a su faire apprécier sa vivacité et sa qualité technique tout au long de la compétition.

Auteur d’une véritable masterclass en quarts de finale face au Sporting, durant laquelle il a notamment inscrit 2 buts et délivré 2 passes décisives, le joueur de 17 ans qui évolue généralement avec les U23 du Benfica a également marqué les esprits, terminant la compétition avec un total de 4 buts, 5 passes décisives et de nombreuses actions de grande classe à mettre à son actif.

Moreira Benfica

Tomas Araujo, l’homme fort de la défense

Le regard froid, brassard au bras, Tomas Araujo est sans contestation possible l’un des grands hommes de cette génération dorée du Benfica. Egalement pleinement intégré à l’équipe réserve lisboète, le joueur de 19 ans a pris ses responsabilités et s’est imposé comme le leader de la défense du SLB, aux côtés du tout aussi prometteur Antonio Silva. En décembre dernier, son ancien entraîneur Renato Paiva déclarait que Tomas Araujo était, après Ruben Dias, le meilleur défenseur central qu’il avait entraîné durant sa carrière, et le natif de Famalicão a profité de cette campagne victorieuse en Youth League pour lui donner tous les arguments nécessaires.

Considéré comme l’un des plus grands espoirs du club, Tomas Araujo a déjà disputé ses premières minutes avec l’équipe première. Le jeune défenseur central a, en effet, participé à la victoire du SLB face à Covilhã à l’Allianz Cup en décembre dernier, avant d’entrer en jeu à deux reprises en championnat sur ce début d’année 2022.

Henrique Araujo, buteur-maison

Il n’est certainement pas l’acteur majeur du parcours de Benfica en Youth League, mais il est incontestablement l’homme de la finale, remportée face au Red Bull Salzbourg ce lundi. Pour sa deuxième apparition de la saison dans la compétition, l’avant-centre de l’équipe B de Benfica, Henrique Araujo, a claqué un sublime triplé qui devrait rester dans l’histoire de la compétition. Particulièrement à l’aise dans la surface, le joueur de 20 ans a donné la sensation d’affronter des enfants durant les 90 minutes de la finale de la plus prestigieuse des compétitions européennes pour les jeunes.

Et cette performance remarquable n’a, finalement, rien d’étonnante, pour cet excellent buteur habitué à traumatiser les défenses de II Liga. Troisième du classement des buteurs de la deuxième division portugaise, le natif de Funchal, sur l’île de Madère, réalise une saison pleine, et s’est d’ailleurs déjà illustré au plus haut niveau. En effet, l’international U21 portugais n’a eu besoin que d’une petite cinquantaine de minutes passées sur les pelouses de Liga Bwin pour inscrire son premier but avec l’équipe première des Aigles.

Araujo Benfica

Bonus : André Gomes, le gardien moderne

A l’image de Henrique Araujo, André Gomes s’est particulièrement illustré sur la fin de la compétition. Aligné par la force des choses suite à l’expulsion de Samuel Soares à la demi-heure de jeu de la demi-finale contre la Juventus, le gardien de but de 17 ans a marqué les esprits en devenant le héros de son équipe, au terme d’une séance de tirs au but mémorable. En finale, l’international U19 portugais a également tenu son rang, en livrant une solide prestation durant laquelle il a pu faire apprécier toute sa palette.

Considéré comme l’archétype du gardien moderne, André Gomes a prouvé qu’il était aussi à l’aise sur sa ligne que dans les sorties, aussi fort avec ses mains qu’avec ses pieds. Avec ces quelques apparitions, le natif de Ponte de Lima est, comme beaucoup de ses coéquipiers, entré dans une nouvelle dimension au sein du club lisboète.

Crédit photo : IconSport

Laisser un commentaire