Seleção : L’improbable résurrection de David Carmo

David Carmo

Revenu des enfers après une très grave blessure, David Carmo a franchi les étapes à toute vitesse et s’apprête désormais à découvrir la Seleção.

Une émotion mesurée au moment d’entendre son nom sortir de la bouche de Fernando Santos pour la première fois, aux côtés d’une famille aimante, fière et consciente du chemin parcouru. Il y a encore quelques mois, il semblait inenvisageable de voir le jeune espoir du SC Braga, David Carmo, faire partie des plans du sélectionneur portugais pour les premières rencontres de la nouvelle édition de la Ligue des Nations. S’il avait déjà laissé entrevoir des qualités très intéressantes lors de ses débuts en professionnel dans son club formateur, le défenseur central d’un mètre 96 a dû ensuite passer par l’une des pires épreuves de la vie d’un footballeur pour tenter de rattraper son retard. Focus sur le retour au top de l’un des joueurs portugais les plus prometteurs à son poste.

Une scène d’horreur

Nous sommes le 10 février 2021 quand le SC Braga reçoit son voisin du FC Porto à l’occasion de la demi-finale aller de la Coupe du Portugal. Quelques jours après une première confrontation entre les deux adversaires qui s’était soldée par un match nul en championnat (2-2), les deux équipes du Nord du Portugal se quittent, une nouvelle fois, sur un score de parité aux portes de la finale (1-1), grâce notamment à un but de Fransergio dans les dernières secondes du match.

Et sans rien enlever à l’importance de cette première des deux rencontres qui forment ce tour à élimination directe, ce n’est pas le score, mais un autre événement qui monopolise l’attention des observateurs, et notamment des supporters de Braga présents dans les tribunes ce soir-là. A vingt minutes du terme de la rencontre, le pilier de la défense à trois de Braga, David Carmo, voit sa cheville droite se coincer sous la semelle de Luis Diaz durant un duel entre les deux joueurs. Des images d’horreur, qui lancent un frisson dans le dos des vingt-deux acteurs, ainsi que dans ceux de l’ensemble des spectateurs venus assister à la rencontre. Les images parlent d’elles-mêmes : la cheville du Portugais est fracturée, la saison de ce dernier terminée, et des doutes peuvent alors subsister concernant l’avenir de celui qui s’imposait, à l’époque, comme l’un des grands espoirs du poste de défenseur central au Portugal.

A tout juste 21 ans, David Carmo venait de voir ses chances de participer à l’Euro avec la Seleção complètement anéanties, les sollicitations de Liverpool s’éteindre, et peut-être bien pire encore.

La longue période d’absence

Et si le ciel est tombé sur la tête de David Carmo en cette soirée de février, le jeune défenseur central portugais n’a, pour autant, pas laissé place aux lamentations. Ni pour le sort qu’il allait subir dans les mois à venir, ni même pour son bourreau, Luis Diaz, auteur de cette intervention plus maladroite que méchante, alors que le Colombien tentait de creuser l’écart pour son équipe. Dans une interview accordée à O Jogo, le Portugais est revenu sur ces quelques secondes d’effroi qui resteront à jamais gravées en lui. “Je me souviens parfaitement de l’action. J’essayais de protéger le but, Luis Diaz a un peu avancé le ballon et moi, j’ai pensé que je pouvais défendre sur lui. Je suis sûr qu’il ne l’a pas fait exprès. A l’impact, j’ai senti ma jambe se contracter, je l’ai attrapé tout de suite et quand je l’ai regardé, j’ai vu mes crampons pointer en ma direction. Tout est clair dans ma mémoire, comme quand les soigneurs m’ont aidé à remettre la cheville droite. Tous ces souvenirs sont encore vivants à l’intérieur de moi”, s’était-il exprimé.

Et malgré la douleur, David Carmo a, dans un premier temps, pensé à retrouver les terrains le plus rapidement possible. Si cela semblait très largement compromis, le défenseur central portugais se souvient d’avoir demandé aux soigneurs s’il était envisageable de terminer la saison auprès de ses coéquipiers, alors classés troisièmes en championnat. “La première question a été de savoir si je pouvais encore rejouer d’ici la fin de la saison”, se souvient David Carmo, avant d’enchaîner : “Les examens ont ensuite confirmé la fracture, j’ai du l’accepter. Je pensais que ça pouvait prendre quatre mois, mais il y a eu des complications que personne n’attendait. J’ai dû rester positif.”

Loin des quatre mois d’absence espérés par le joueur, c’est plus de onze mois que David Carmo a dû passer loin des terrains. Le 31 janvier dernier, le Portugais a retrouvé les pelouses avec l’équipe U23 de Braga, dans un match comptant pour la Liga Revelação, face aux jeunes de Rio Ave. Une rencontre remportée largement par les Arsenalistas (4-0), durant laquelle le revenant a pu disputer 74 minutes, avant d’enchaîner avec deux matchs pleins contre Benfica U23, puis face à Leixões U23 au début du mois de février.

Un retour remarqué pour David Carmo

Des bonnes performances, qui lui permettent de retrouver le groupe de l’équipe première, plus d’un an après sa blessure, le 17 février dernier, à l’occasion du play-off de la Ligue Europa contre le FC Sheriff. Maintenu sur le banc durant toute la rencontre par son entraîneur Carlos Carvalhal, David Carmo voit son équipe chuter en Moldavie (2-0). Trois petits jours plus tard, il réalise son grand retour en équipe première, en championnat, sur la pelouse de Tondela. Auteur de 90 bonnes minutes, le jeune défenseur central semble retrouver petit à petit son meilleur niveau, et se voit attribuer une place de titulaire indiscutable jusqu’à la fin de la saison.

Et si David Carmo est revenu aussi rapidement au premier plan dans l’esprit de son entraîneur, ce n’est pas juste par simple compassion pour un jeune joueur qui vient de passer la pire année de sa vie. De par sa qualité technique et sa solidité défensive, le défenseur portugais a rassuré tout un secteur défensif qui apparaissait comme l’une des faiblesses de Braga depuis le début de la saison.

Deux petites semaines après son retour à la compétition, David Carmo avait reçu les éloges de son entraîneur Carlos Carvalhal, expliquant à la presse toutes les bonnes choses que lui apportait son grand espoir. “David est venu apporter de la stabilité, sans aucun doute, et une qualité technique qui nous aide pour construire depuis l’arrière. C’est quelque chose qui était notre talon d’Achille depuis la blessure de Sequeira. Il est venu apporté plus de qualité, plus de stabilité, et on vient d’ailleurs de boucler notre deuxième match consécutif sans encaisser le moindre but. Son apport me paraît évident”, avait-il expliqué en conférence de presse avant un déplacement à Boavista.

Les chiffres parlent pour lui

Et comme l’indique Carlos Carvalhal, les statistiques parlent pour le jeune défenseur. Sans lui, le SC Braga avait encaissé pas moins de 24 buts en 22 journées de championnat, soit une moyenne de 1,1 but concédé par rencontre. En la présence du taulier de la défense centrale, le club du Nord du Portugal n’en a pris que 7 en 12 journées, ce qui lui donne une moyenne inférieure à 0,6 but encaissé par match. Par ailleurs, les Arsenalistas ont bouclé 10 des 17 matchs disputés toutes compétitions confondues avec David Carmo par des clean sheet, ce qui témoigne de l’importance du Portugais au sein de son équipe.

Un retour à son meilleur niveau, voire peut-être même encore plus haut qu’avant sa blessure, qui semblait totalement improbable pour un joueur aussi gravement touché il y a à peine plus d’un an. Cependant, les faits sont là, et il semble désormais impossible de passer à côté des prouesses du natif d’Aveiro. Elu meilleur défenseur du championnat portugais pour le mois d’avril, devant, entre autres, le champion national Chancel Mbemba, David Carmo a donc tout récemment reçu sa première convocation en Seleção.

Une nouvelle qui n’a pas manqué de faire réagir son futur ex-entraîneur, Carlos Carvalhal, qui aura eu le mérite de lui accorder toute sa confiance depuis son retour sur les terrains. Mais la plus grande partie du mérite doit revenir à ce jeune homme qui, du haut de ses 22 ans, a laissé paraître des facultés mentales exceptionnelles, venues s’ajouter à toutes les qualités sportives qu’on lui connaissait déjà. Un futur grand, que Fernando Santos a décidé, à juste titre, d’ajouter à son équation.


Crédit photo : IconSport

Alex Ribeiro

Après des études en école de commerce, Alexandre Ribeiro a lancé le site Trivela.fr en 2019 et le dirige aujourd’hui aux côtés de ses collaborateurs. Passionné par le football portugais dans son ensemble, et notamment par l’équipe nationale portugaise, c’est avec toute son énergie et son implication qu’il fait vivre ce média de façon quotidienne.

Laisser un commentaire