Ligue des Champions : Le Real Madrid, vieille connaissance de Jota

Jota Celtic

Ce mardi soir, Jota va retrouver le Real Madrid en Ligue des Champions, cinq ans après avoir brillé face à l’équipe madrilène en demi-finale de Youth League.

Cela fait près de trois ans que Jota n’a plus disputé la moindre rencontre de Ligue des Champions. Après de multiples mésaventures, avec notamment un passage mitigé à Valladolid, c’est face au tenant du titre, le Real Madrid, que le jeune Portugais s’apprête à retrouver la plus prestigieuse des compétitions européennes ce soir. L’ailier gauche du Celtic va ainsi affronter un adversaire qu’il connaît bien, et à qui il avait fait très mal un après-midi d’avril 2017.

Jota, bourreau du Real Madrid en U19

Affronter le Real Madrid en compétition européenne doit forcément évoquer certains souvenirs au prodige portugais. Désormais âgé de 23 ans, il n’en avait tout juste 18 le 21 avril 2017, lorsqu’il a réalisé l’une de ses premières grandes prouesses à l’échelle continentale. Un an avant l’Euro U19 qui l’a définitivement révélé aux yeux du grand public, Jota avait été l’un des deux bourreaux de l’équipe U19 du Real Madrid en demi-finale de Youth League, avec Benfica.

Vainqueurs 4 buts à 2, les jeunes Lisboètes avaient pu compter sur l’ailier du Celtic pour inscrire un doublé face au Real Madrid d’Achraf Hakimi et de Fede Valverde. Le Portugais avait été positionné sur l’aile droite durant une partie du match, mettant ainsi son pied gauche à contribution pour inscrire son premier but de la partie. En toute fin de rencontre, Jota avait profité d’un cafouillage pour marquer son deuxième but de l’après-midi, et ainsi clore les débats.

Grâce à son duo JotaJoão Félix, dont chacun des membres avait inscrit un doublé, le Benfica avait ainsi pu éliminer l’un des grands favoris de la compétition et accéder à la finale. Cependant, le duo magique des Aigles, ainsi que d’autres jeunes talents de cette génération comme Florentino Luis, Diogo Gonçalves, Gedson Fernandes ou encore Ruben Dias, n’ont pas su finir le travail en finale, face aux U19 du RB Salzburg alors entraînés par Marco Rose. Le SL Benfica s’était alors incliné 2-1 lors de la dernière étape, avec tout de même une passe décisive de Jota.

Atout majeur du Celtic

Cinq ans plus tard, la donne a bien changé. Annoncé comme le nouvel espoir du football portugais, et parfois même comparé à la légende Cristiano Ronaldo, Jota n’a pas pris le chemin attendu. En effet, le natif de Lisbonne n’est pas parvenu à s’imposer du côté du Benfica, et a été contraint de partir en prêt à l’étranger afin de gagner du temps de jeu. Le jeune ailier a d’abord connu la Liga espagnole, à Valladolid, durant une saison, mais n’a pas pu s’exprimer convenablement dans une équipe destinée à jouer le maintien.

La saison suivante, c’est en Ecosse, au Celtic, que Jota a posé ses bagages. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’expérience écossaise s’est montrée particulièrement concluante. Devenu indéboulonnable dans le couloir gauche de l’attaque des Bhoys, le Portugais a totalisé 13 buts et 14 passes décisives sur l’ensemble de la saison, ce qui lui a valu une place de choix au sein de l’équipe type de la saison en D1 écossaise. Satisfaite de ces performances, la direction du Celtic a ainsi souhaité lever l’option d’achat du joueur cet été, afin de l’enrôler à titre définitif.

Et en ce nouvel exercice, Jota semble parti sur des bases encore plus impressionnantes. En à peine 6 rencontres disputées, le Portugais a déjà délivré 4 passes décisives et inscrit autant de buts, dont un sublime piqué dans le mythique Old Firm, ce week-end face aux Rangers. En ce début de saison, Jota est donc en pleine bourre, à l’image de l’ensemble de son équipe, et pourrait bien s’appuyer sur cette confiance retrouvée pour briller une nouvelle fois face au Real Madrid, ce mardi soir.

Crédit photo : IconSport

Alex Félix

Passionné par l’équipe nationale portugaise et ses équipes jeunes, Alex Félix écrit sur le site Trivela.fr depuis le début de l’année 2022. Des U16 aux U21 en passant par la Youth League, la formation à la portugaise n’a pas de secret pour lui.

Laisser un commentaire